´╗┐ www.lucieberger.com
www.lucieberger.com
´╗┐

Etablissement Scolaire de Strasbourg de la maternelleème à la 5ème

Accueil  »  Organisation  »  Aumônerie  »  Rentrée du primaire

Aumônerie : Rentrée des élèves du primaire 2010-2011


Depuis plus d’un million d’années, le marronnier avait grandi sur la Lune, sans que personne ne taille ses branches. Il était devenu immense et son feuillage impénétrable. Chaque fois qu’une branche poussait, la population de la Terre augmentait d’une génération entière.

L’empereur du ciel finit par envoyer un bûcheron sur la Lune, parce qu’il estimait que les hommes se multipliaient trop nombreux.

Mais ce marronnier n’était pas arbre ordinaire et il donnait bien de la peine au bûcheron. Les branches étaient si grosses qu’il n’en arrivait pas à bout.

Le premier jour du neuvième mois, quatre branches, immenses se détachèrent cependant du marronnier lunaire et tombèrent sur la Terre au terme d’une longue et lente chute. Elles se posèrent aux quatre coins du pays.

- Quelles branches ! s’écrièrent les habitants du Nord. Dès le lendemain, de cette première branche ils se firent des bâtons et s’en saisirent pour partir à la conquête des plaines fertiles. Ils étaient invincibles, les bâtons leur donnaient une force et une habileté qui rien ne pouvait contrecarrer. Ils étaient devenus maîtres en arts martiaux et grands seigneurs des régions du Nord.

Les habitants d’un port sur les rivages de l’Est trouvèrent aussi une branche immense du marronnier lunaire, échouée sur la plage. Dès le lendemain, ils s’en firent des bateaux insubmersibles et partirent sur les mers. Ils étaient invincibles, les bateaux leur donnaient une rapidité que personne ne pouvait rattraper. Ils étaient devenus maîtres marins et grands pirates de la mer de Chine.

Les habitants d’une ville occidentale trouvèrent la troisième branche de l’arbre lune et, dès le lendemain, ils s’en firent des coffres, qui ne se vidaient jamais de leurs trésors. Ils étaient immensément riches, les coffres dégorgeaient de précieux métaux inépuisables. Ils étaient devenus banquiers et leur ville la première place financière du pays.

Enfin, perdus dans une forêt lointaine, les habitants d’un petit village trouvèrent la quatrième branche de marronnier. Dès le lendemain, ils se concertèrent et décidèrent de construire la chose la plus utile qui soit, une école. Leurs enfants avaient tant de plaisir à y venir, à s’asseoir derrière les pupitres taillés dans le bois de ce marronnier, qu’ils apprenaient sans peine. Adultes, ils devinrent des femmes et des hommes sages, conseillers des rois et des seigneurs de ce monde.

Leur renommée surpassait encore celle des fiers guerriers, des audacieux marins et des puissants financiers. La nouvelle se propagea rapidement et, bientôt, plus aucun habitant du pays ne l’ignorait.

C’est pourquoi, aujourd’hui encore, les hommes regardent le ciel le premier jour du neuvième mois, chacun espérant voir tomber une branche de marronnier dans sa ville. Et c’est pourquoi, aujourd’hui encore, les enfants ramassent des marrons à l’automne quand ils rentrent à l’école.


D’après un conte chinois de Shi-Ming Chang, « L’arbre lunaire », in Le grand livre de contes de l’UNICEF, Gallimard Jeunesse 1996.


´╗┐