´╗┐ www.lucieberger.com
www.lucieberger.com
´╗┐

Etablissement Scolaire de Strasbourg de la maternelleème à la 5ème

Accueil  »  Organisation  »  Aumônerie  »  Aumônerie 2011-2012 : Le mot des Aumôniers

Aumônerie 2011-2012 : Le mot des Aumôniers

De Platon à Montaigne, c’est l’agriculture qui a fourni les métaphores pour penser l’éducation. Pour usées qu’elles soient, ces métaphores sont pourtant toujours parlante : une récolte prospère demande une terre labourée, irriguée et nourrie, et une bonne semence.

De même, dans les évangiles, Jésus utilisait très souvent les métaphores agricoles pour transmettre son enseignement.

Ainsi lorsqu’il déclare : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le Royaume de Dieu » (Luc 9, 62), il transmet là une idée fondamentale.

L’idée que notre agir doit nous pousser au-delà de nous-même, vers une visée autrement plus ambitieuse que celle de l’ici et maintenant. C’est dans cette perspective, le Royaume de Dieu, qu’il enjoint ses auditeurs à ne pas regarder en arrière lorsqu’ils labourent leur champ. C’est dans cette perspective qu’il invite ses auditeurs d’alors et d’aujourd’hui, à regarder vers l’avenir avec confiance.

Et, effectivement, regarder en arrière, pour vérifier si tout est bien alors que tout est déjà fait, n’est pas la manière la plus logique d’avancer. Regarder en arrière, c’est s’embourber dans les sillons déjà tracés plutôt que de voir l’étendue qui reste à labourer. Regarder en arrière, c’est revenir en arrière, reprendre la route déjà parcourue, courir le risque de retourner à son point de départ et devoir tout recommencer.

Dans cette invitation de Jésus à regarder devant soi, il y a une dynamique : pour avancer, il faut tendre vers un objectif qui se trouve forcément devant soi, il faut agir, mettre en pratique les enseignements reçus par le passé. Lorsque Jésus invite à ne pas regarder en arrière, il ne nous demande pas d’oublier, de nier ou de renier ce qui a été fait par soi et par d’autres avant nous. Il nous invite à lui faire confiance.
« On ne peut comprendre la vie qu'en regardant en arrière; on ne peut la vivre qu'en regardant en avant »

Sören Kierkegaard

Il n’empêche que si nous voulons malgré tout regarder en arrière sans trébucher, il faut s’arrêter. Se donner un instant de répit pour voir ce qu’il y a derrière soi, c’est respecter ces choses du passé afin qu’elles nourrissent notre présent et notre agir. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les mots « répit » et « respect » ont tout deux la même racine latine (respectus/respicere) qui signifie : « regarder en arrière ».

Dans ce sens, regarder en arrière ne nous empêchera pas d’avancer, mais nous permettra au contraire de nous donner le temps de laisser germer les graines d’avenir et de vie à venir.


Gwenaelle Brixius,
Eric Schiffer
pasteurs-aumôniers





´╗┐