´╗┐ www.lucieberger.com
www.lucieberger.com
´╗┐

Etablissement Scolaire de Strasbourg de la maternelleème à la 5ème

Accueil  »  Organisation  »  Aumônerie  »  Aumônerie 2013-2014 : Le mot des Aumôniers

Le mot des Aumôniers 2015

Voici différentes interventions des pasteurs aumôniers, Gwenaelle Brixius et Eric Schiffer, lors de la rentrée 2015 des professeurs et des élèves :


Portrait de famille


« On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
De Paris ou d'Alger
Pour apprendre à marcher
Etre né quelque part, c'est toujours un hasard »


Maxime Le Forestier, 1987



La famille est une valeur de notre société, à tel point qu’elle en est sacrée.
Or, cette valeur « famille » résiste-t-elle réellement à l’analyse qu’en font les spécialistes comme l’historien, le sociologue, le politicien, l’économiste, le démographe, le psychologue ou le théologien ?
En effet, il n’existe pas un seul modèle de famille.
De l’antiquité où la famille était composée de toutes celles et ceux qui vivaient dans la même maison (esclaves compris) à aujourd’hui, avec les familles monoparentales, recomposées et homoparentales, la famille a, bel et bien, évolué.
La famille demeure, néanmoins, un petit laboratoire de socialisation où les enfants comme les parents s’initient au « vivre ensemble ».
Elle reste, aussi, le premier lieu où chacun fait l’expérience de la confiance, de la sécurité, de la solidarité, de l’affection, de l’amour… mais aussi de la frustration, des exigences, des séparations, des déchirements, des conflits, de la jalousie, de la haine…
« On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille » dit la chanson.
Certes, au départ, nous ne choisissons pas nos parents, nos sœurs, nos oncles ou nos grands-mères, mais avec le temps nous reconnaissons qu’ils sont pour beaucoup dans ce que nous devenons, dans ce que nous sommes. Avec la maturité vient alors la question d’assumer la famille que l’on a reçue et le temps des choix.
Que ce soit pour construire son foyer ou autour d’un projet commun, d’un idéal, d’une conviction ou d’une foi : les familles se choisissent.
« Initie le jeune homme à la voie qu'il doit suivre ; même quand il sera vieux, il ne s'en écartera pas » (Livre des Proverbes, chap. 22, v.6).
Si l’école est le terreau de la transmission des valeurs essentielles à la vie en société, notre défi et notre responsabilité d’éducateurs est d’initier nos élèves à la voie qu’ils pourraient suivre, une voie qu’ils auront choisie en assumant ce qu’ils ont reçu.

Gwenaelle Brixius et Eric Schiffer, pasteurs aumôniers




Allocution des pasteurs aumôniers, Gwenaelle Brixius et Eric Schiffer, à l’occasion de la pré-rentrée des professeurs du Gymnase.

Le Gymnase, une grande famille…

• Bonjour ma Sœur !
• Bonjour mon Père !
• Ca y est, nous disons à peine deux mots et nous mettons tout le monde dans le bain !
• C’est vrai qu’à part dans les familles, il n’y a que dans la religion qu’on s’interpelle de cette manière : ma sœur, mon frère, parfois même mon père ou ma mère…
• Chez les militaires aussi : les frères d’armes !
• Après, il y a aussi la grande fraternité humaine.
• C’est vrai, ne sommes-nous pas tous frères… et sœurs ?
• Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la famille
• Parce que vous l’aurez compris, nous allons vous parler de famille, ce matin.
• C’est un vrai thème dans une école : les enfants, les parents, la rentrée des classes…
• Oui, il y a beaucoup de choses à dire sur la famille : celle d’où l’on vient, celle avec laquelle nous vivons, celle que nous nous sommes choisie…, celle que nous devons supporter...
• Il y a l’air de famille, le chef de famille, le portrait de famille, les repas de famille, les histoires de famille (et le linge sale à laver…)
• Les belles-familles,
• Les grandes familles
• La grande famille du cinéma
• La grande famille du Gymnase ?
• Tu crois ? Est-ce que le Gymnase est une famille ? Grande, c’est sûr ! Nous sommes nombreux. Mais est-ce que le Gymnase est une famille ?
• Sinon, ce serait quoi ?
• Une communauté ?
• Une association avec ses membres actifs et ses membres honoraires
• Un club et ses adhérents
• Un parti politique ?
• Où tout le monde se dit « tu » et « camarade »
• Une entreprise avec des managers.
• Une manif et ses participants ?...
• Un mouvement ?
• Avec ses sympathisants…
• Une tribu ?
• Et son chef ?
• Un clan alors ?
• Une église ?
• Avec ses fidèles…
• Une secte ? avec ses adeptes…
• Un établissement scolaire !
• Avec des collègues de travail, des autorités de tutelle.
• Les personnels administratifs et techniques
• Des élèves ?...
• Des parents !
• Des profs !!
• Et des animateurs.
• Alors, avec toutes ces personnes, a-t-on une famille ?
• Dans une famille, chacun a sa place prédéterminée par la naissance.
• Ou par l’adoption…
• Alors, on est au Gymnase par adoption ?
• Dans une famille, on ne se choisit pas. On naît, on est adopté, et on a sa place définie de père ou de mère, de frère ou de sœur, cousin, oncle, tante, grands-parents, etc. etc. On doit bien vivre ensemble, contraint et forcé.
• Et est-ce que ça se passe aussi comme dans une famille… ? On peut, par exemple, venir comme on est, on sera toujours accepté parce qu’on est de la même famille (les liens du sang, la solidarité, la confiance, tout ça…).
• Sans doute, mais la différence, c’est qu’au Gymnase, on se choisit. On ne doit pas vivre ensemble, on veut vivre ensemble.
• C’est différent, effectivement. C’est un esprit de famille différent.
• Une juste distance entre le vouloir et le devoir. Vouloir vivre ensemble et devoir vivre ensemble. La juste distance entre le vouloir et le devoir, ça donne un « devoir d’humanité ».
• Juste distance aussi entre la liberté et les obligations.
• Juste distance entre l’individualisme et l’engagement responsable.
• C’est pas mal, ça fait un peu famille protestante !
• Nous sommes à votre disposition, si vous souhaitez savoir ce qu’est une famille protestante.
• Alors, finalement quoi ? Sommes-nous une famille ou pas ?
• Je ne sais pas, parce que si nous devions pousser la comparaison, il nous faudrait jouer à trouver le chef de famille, la mère, le père, les enfants, les oncles, les cousins par alliance, etc.
• Alors, laissons tomber ! Le lien avec la famille serait, peut-être, que, comme dans une famille, chacun est important. Lorsqu’il manque un membre de la famille, lorsqu’un membre est souffrant, ou lorsqu’un membre est ignoré, la famille est en crise.
• Et lorsqu’un nouveau membre arrive, la famille s’agrandit et s’enrichit.
• La vie en somme ! La vie de famille ?
On se salue de la tête :
• Ma Sœur.
• Mon Père.
• Bienvenue dans la famille.



Le Gymnase, une grande famille… Sur le thème de la fraternité, voici quelques textes lus à la rentrée par le pasteur aumônier pour accueillir les élèves de Lucie Berger :

Poème tibétain :

J’ai regardé au loin
J’ai vue quelque chose qui bougeait
Je me suis approché
J’ai vu un animal
Je me suis encore approché
J’ai vu une personne
Je me suis encore approché
Et j’ai vu que c’était mon frère

Ce n'est pas un fardeau, c'est mon frère !
Sur un sentier raide et pierreux
j’ai rencontré une petite fille
qui portait sur son dos
son jeune frère.

Mon enfant, lui ai-je dit,
tu portes un lourd fardeau.
Elle me regarde et dit:
Ce n'est pas un fardeau,
monsieur, c'est mon frère.

je restais interdit.
Le mot de cette enfant courageuse
s'est gravé dans mon cœur.





"Do you know that incident in connection with the little Scottish girl? She was trudging along, carrying as best she could a boy younger, but it seemed almost as big as she herself, when one remarked to her how heavy he must be for her to carry, when instantly came the reply: 'He's na heavy. He's mi brither."


The Hollies : “He ain’t heavy, he’s my brother”
(Bobby Scott, Bob Russel 1969)

The road is long
With many a winding turns
That leads us to who knows where
Who knows where
But I'm strong
Strong enough to carry him
He ain't heavy, he's my brother
So on we go
His welfare is of my concern
No burden is he to bear
We'll get there
For I know
He would not encumber me
He ain't heavy, he's my brother
If I'm laden at all
I'm laden with sadness
That everyone's heart
Isn't filled with the gladness
Of love for one another
It's a long, long road
From which there is no return
While we're on the way to there
Why not share
And the load
Doesn't weigh me down at all
He ain't heavy he's my brother
He's my brother
He ain't heavy, he's my brother
He ain't heavy, he's my brother


---



´╗┐